top of page

Pourquoi je remets toujours tout au lendemain ?

Dernière mise à jour : 1 sept. 2022

"Oui, c'est promis, je le fais demain" est votre mantra ? Alors vous avez sans doute un don pour la procrastination. Pourquoi certaines personnes remettent sans cesse au lendemain ce qu'elles peuvent faire le jour même ? Comment endiguer ce phénomène ? Un éclairage s'impose pour décrypter cette tendance et tenter d'y remédier !


La procrastination.

Procrastiner.

Définissant la capacité à repousser des actions au lendemain (voire aux calendes grecques!), la procrastination est souvent assimilée à tort à de la paresse. Procrastiner peut être à double tranchant, car le soulagement immédiatement procuré, lié au fait de ne pas accomplir une tâche, est souvent court-circuité par un sentiment de culpabilité lié à la non-réalisation d'une tâche, à l'image du ménage par exemple. Aussi, remettre sans cesse au lendemain peut donner naissance à un cercle vicieux par l'accumulation de l'énergie à fournir, à l'image du ménage ou de la lessive avec la poussière et le linge qui s'accumulent.


Une fois n'est pas coutume.

Attention, le fait de différer une fois exceptionnellement une tâche ne fait pas de vous pour autant un procrastinateur. D'ailleurs, on ne naît pas procrastinateur, mais on le devient peu à peu. Rien n'est défini dans nos gènes, ce trait de caractère s'acquiert avec le temps à l'image d'autres traits de personnalité. L'avantage est que l'on peut rectifier le tir en ayant la possibilité de changer !


Pourquoi procrastine-t-on ?

À l'origine du report ressort un réel manque d'intérêt pour la tâche à accomplir comme par exemple faire le ménage ou la vaisselle. À cela s'ajoute le rejet des contraintes en prônant une liberté d'action. Aussi, un manque d'estime de soi peut être la cause d'un sempiternel report comme par exemple le démarrage d'un régime ou d'une activité sportive. Une médiocre estime de soi n'encouragera pas à passer à l'action en se persuadant qu'on ne mérite pas un meilleur physique ou une meilleure santé.


Procrastiner : un symptôme possible.

Une procrastination inhabituelle peut témoigner de troubles plus profonds. Il n'est pas rare que cela révèle une fatigue, une fragilité voire un épuisement physique ou moral. Les personnes en pré-burn-out (phase appelée "burning-out") peuvent par exemple davantage procrastiner, car elles n'ont plus les ressources mentales ou physiques pour répondre aux exigences imposées ou qu'elles s'imposent. Ainsi, si vous êtes d'un tempérament dynamique et que la procrastination arrive comme un cheveu sur la soupe : il est intéressant de faire le bilan de votre situation.


Quels sont les avantages à procrastiner ?

Il n'y a pas que des inconvénients à remettre quelque chose au lendemain. Procrastiner libère de potentielles contraintes et permet au cerveau d'être plus créatif. Néanmoins, repousser des tâches ennuyeuses induit, à terme, une charge mentale plus importante. Lorsque l'on reporte un travail, on se libère du temps à l'instant T mais on ne se libère pas de la contrainte de la tâche en elle-même car elle ne disparaît pas. Au contraire, le travail à faire continue à encombrer nos pensées jusqu'à tant qu'il soit accompli et peut même au contraire s'accumuler.


Différents degrés de procrastination.

De temps à autre, nous sommes tous un peu procrastinateurs, car nous ne sommes pas des machines, mais des êtres humains avec nos humeurs, nos énergies et nos tempéraments. En revanche, pour certaines personnes, procrastiner peut devenir un véritable handicap jusqu'à générer de profondes souffrances avec des conséquences parfois dramatiques : financières, isolement social, dépression, perte d'emploi, problèmes d'hygiène, etc.


Quand s'inquiéter ?

Lorsque les conséquences de la procrastination commencent à se faire ressentir jusqu'à ce qu'elles deviennent pénalisantes dans d'autres domaines, il est alors temps de prendre du recul et de s'interroger pour tenter d'y mettre un terme en remettant la machine en marche.


Pourquoi procrastine-t-on dans un domaine plus qu'un autre ?

Sauf "cas pathologique", il est rare que l'on procrastine partout, tout le temps et dans tous les domaines de la vie. Tandis que certains vont avoir cette manie pour le ménage, d'autres vont l'avoir au sujet de tâches administratives. Dans la majorité des cas, l'on remet au lendemain une tâche bien précise, par exemple téléphoner pour prendre un rendez-vous médical, et cela ne constitue pas un mode de vie en soi.


Procrastiner : une mauvaise gestion du temps ?

Non, procrastiner n'est pas (que) le reflet d'une mauvaise gestion de son temps. Bien que cette approche puisse justifier quelques cas, il n'en est rien pour la grande majorité, car il en ressort un problème plus profond de l'ordre de l'auto-régulation ou la maîtrise de soi. D'ailleurs, pour preuve, Joseph Ferrari, professeur de psychologie, valide cette hypothèse en déclarant : "proposer un agenda à un procrastinateur, c'est comme se contenter de demander à un déprimé de sourire."


Quelles solutions ?

Il faut se lancer en commençant à consacrer cinq petites minutes à une tâche sans cesse repoussée, comme par exemple : 5 minutes de ménage par jour. Autre technique imparable : gérer la tâche sur le champ, pour éviter qu'elle ne puisse s'accumuler, comme par exemple la vaisselle : laver un bol tous les matins sera moins fastidieux que de laver 30 bols à la fin du mois. Autre possibilité : préparer une to-do liste la veille. Comme notre cerveau a besoin d'un laps de temps pour commencer à s'y mettre le matin, démarrer sa journée avec une to-do liste pré-remplie de quelques actions vous fera gagner un temps précieux !


Et que faire de ses objectifs de vie ?

Il est alors primordial de les lister pour ensuite y consacrer un peu de temps chaque semaine, puis ensuite deux fois par semaine par exemple, afin d'avancer sur le projet en lui-même comme écrire un livre ou encore apprendre à jouer du piano. L'idée est de parvenir à segmenter les tâches pour ne pas se retrouver submergé et se noyer dans l'ampleur de l'action à réaliser, sous peine de ne jamais atteindre son but.


Par Dr Thomas K. – Tous droits réservés – Entreprise Thomas K. Edition ©

35 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page