top of page

IST : 5 idées reçues à déconstruire

Lorsqu'il s'agit de la santé sexuelle, il est crucial de démystifier les idées reçues pour promouvoir des pratiques plus sûres et éclairées. Les Infections Sexuellement Transmissibles (IST) suscitent encore beaucoup de confusion et de désinformation. Dans cet article, nous allons aborder cinq idées reçues courantes sur les IST, en les confrontant à des chiffres, des exemples concrets et des références médicales.

Les IST sont rares, cela ne me concerne pas.

La réalité est tout autre. Chaque année, des millions de nouvelles infections sont diagnostiquées dans le monde. En France seulement, les chiffres montrent une hausse constante. En 2020, plus de 267 000 cas d'IST ont été recensés. Les jeunes, en particulier, sont vulnérables. Près de la moitié des nouvelles #infections concernent des personnes de moins de 25 ans. Ce chiffre, bien qu'inquiétant, ne représente que la partie visible de l'iceberg. Nombreux sont ceux qui vivent avec une IST sans le savoir, car certaines infections, telles que la #chlamydia, peuvent rester asymptomatiques pendant des mois voire des années. La méconnaissance de son propre statut peut conduire à la transmission de l'IST à d'autres partenaires.


Le #préservatif n'est pas nécessaire si je connais bien mon partenaire.



Même si la confiance dans son partenaire est importante, elle ne peut garantir à elle seule une protection complète contre les IST. Parfois, les infections sont asymptomatiques, c'est-à-dire qu'elles ne présentent aucun signe visible. Cela signifie que même si votre partenaire semble en bonne santé, il peut néanmoins être porteur d'une IST transmissible. Par exemple, l'#herpès génital peut être transmis même en l'absence de #symptômes apparents. De plus, les relations ne sont pas toujours exclusives. Si vous ou votre partenaire avez eu des relations #sexuelles non protégées avec d'autres personnes dans le passé, il existe un risque potentiel d'IST. Un seul contact sexuel non protégé avec une personne infectée suffit pour contracter une IST.


Les IST ne touchent que les personnes ayant des comportements #sexuels à risque.

Cette idée est dangereusement fausse. Les IST ne discriminent pas en fonction de la #sexualité, du genre, ou de la fréquence des #relations sexuelles. Elles peuvent toucher tout le monde, indépendamment des comportements à risque. Le simple fait d'avoir des relations sexuelles expose à un certain risque. Par exemple, le #virus du papillome humain (#HPV) est si commun qu'il touche la majorité des individus sexuellement actifs à un moment donné de leur vie. Même les personnes qui ont des comportements sexuels responsables et qui utilisent régulièrement des #préservatifs ne sont pas à l'abri, car le préservatif, bien qu'efficace, n'offre pas une protection à 100%. Les IST, telles que la #syphilis ou le #VIH, peuvent se transmettre par contact direct de la peau ou par contact avec des zones non protégées.


Une IST, c'est facile à repérer.

Ce n'est malheureusement pas toujours le cas. Certaines IST peuvent rester asymptomatiques (sans symptôme) pendant longtemps, laissant les personnes infectées ignorer leur statut et, par conséquent, les transmettre sans le savoir. Une détection tardive peut avoir des conséquences graves, comme la stérilité dans le cas de la #chlamydia non traitée. Prenons l'exemple de la #gonorrhée, une IST fréquente. Elle peut provoquer des #symptômes gênants, tels que des brûlures en urinant ou des écoulements anormaux, mais elle peut également être totalement asymptomatique chez certaines personnes. Cela signifie que même si vous ne ressentez aucun symptôme, vous pourriez être porteur de l'infection et la transmettre à d'autres.


Les IST ne sont pas graves, un traitement rapide règle tout.

Bien que de nombreux cas d'IST soient traitables avec des médicaments, cela ne signifie pas que les IST ne sont pas graves. Certaines, comme le #VIH, n'ont toujours pas de remède. De plus, même après un traitement, certaines IST peuvent laisser des séquelles permanentes. Par exemple, la syphilis non traitée peut causer des problèmes cardiaques et neurologiques. Il est crucial de reconnaître que les IST sont un problème de santé publique sérieux. L'éducation sexuelle, la prévention et la sensibilisation sont essentielles pour réduire leur propagation et leurs conséquences néfastes. Une utilisation appropriée des préservatifs, des #dépistages réguliers et une communication ouverte avec les partenaires sont des éléments fondamentaux pour une meilleure prévention des IST.


Références :

  1. Santé Publique France. (2021). Infections sexuellement transmissibles (IST) - Données épidémiologiques.

  2. anté Publique France. (2021). La santé des jeunes en France - État des lieux.

  3. Centers for Disease Control and Prevention. (2022). Genital Herpes.

  4. Centers for Disease Control and Prevention. (2019). Human Papillomavirus (HPV).

  5. Santé Publique France. (2021). Chlamydia trachomatis - Données épidémiologiques.

  6. Centers for Disease Control and Prevention. (2022). Syphilis.



106 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page